menu

Votre IVC est-il efficace en terme de confinement des allergènes d'animaux de laboratoire ?

L'impact des manifestations d’allergie aux animaux de laboratoire (AAL) en tant que risque professionnel est reconnu depuis le début des années 1970 et est bien documenté dans les publications commerciales sur l'AAL, les articles de revues scientifiques et les rapports des agences gouvernementales. Des études ont montré que 20 à 30 % des personnes travaillant avec des animaux de laboratoire souffrent d'une forme de réaction allergique liée au contact des animaux. Les manifestations vont de réactions légères comme la rhinite, l'irritation de la peau et des yeux, à des réactions plus graves comme l'œdème oculaire, nasal, cutané et laryngé. Les coûts directs et cachés associés à l'AAL peuvent être stupéfiants pour les établissements qui effectuent des recherches sur les animaux de laboratoire. Selon la juridiction, les coûts directs des demandes d'indemnisation des travailleurs peuvent être extrêmement élevés, et aller jusqu'à l'invalidité totale. Les coûts cachés de ces cas peuvent être encore plus conséquents, les organisations perdant du personnel hautement qualifié à cause de ces maladies. Cette perte de connaissances, les coûts de recyclage, l'augmentation des coûts d'assurance et d'autres facteurs créent un impact financier important, ressenti encore plus fortement dans le climat économique difficile actuel.

Plusieurs études ont montré que les systèmes de cages à ventilation individuelle contiennent efficacement les allergènes des rats et des souris. Cela étant, les risques peuvent toujours être très préoccupants si les systèmes ne fonctionnent pas selon les normes acceptées de confinement des allergènes, c'est-à-dire si les ports d'extraction d’air et de ventilation des cages maintiennent une polarité correcte tant lorsque les cages sont connectées au portoir que lorsqu'elles en sont retirées.

Contactez votre conseiller technico-commercial pour savoir comment vous pouvez confirmer que vos IVC fonctionnent comme il se doit et que les ports d'extraction d’air et de ventilation des cages maintiennent une polarité correcte lorsque les cages sont connectées et retirées.